LA PASSION DES ÉCHECS

Cet article est un extrait de Passion d'Apprendre Magazine (vous pouvez le télécharger intégralement et gratuitement sur ce lien : https://passiondapprendre.com/Passion_d_Apprendre/m-Magazine-magazine )

LA PASSION DES ÉCHECS

Pouvez-vous nous présenter votre parcours et comment les échecs sont-ils arrivés dans votre vie ? 
J’ai appris les échecs à l’âge de 6 ans à l’école comme la plupart des enfants à Cannes où les échecs sont enseignés dans la quasi-totalité des établissements scolaires de la ville. 
Dès lors, je n’ai jamais cessé de jouer et de m’intéresser au jeu. J’ai participé à toutes les compétitions nationales par équipes et individuelles et peu à peu en grandissant, je me suis investi dans la vie du club en parallèle de mes études d’ingénieur en environnement. 
En 2003, une fois le diplôme en poche, j’ai pris la décision de vivre de ma passion en entrainant les jeunes de mon club de toujours. Depuis 6 ans, je suis de plus, directeur du club tout en ayant la chance de continuer à transmettre ma passion au quotidien.   



















Quelle place ont les échecs aujourd’hui dans votre quotidien ? 
Cannes-Echecs repose sur trois piliers : le scolaire, la compétition et l’événementiel. La relation avec les écoles est essentielle. Chaque année, nos professeurs enseignent les échecs à environ 2000 enfants ce qui demande forcément un minimum d’organisation et de management de ma part.
Une fois la porte du club franchie, les enfants aspirent à jouer en compétition et doivent donc recevoir une formation adéquate. Notre école d’échecs reconnue de tous en France grâce à nos brillants résultats (notamment 9 fois Champion de France jeunes par équipes) est la vitrine du club.
Entrainer ces graines de champions via des sessions collectives et individuelles occupe environ la moitié de ma semaine. Enfin, chaque année nous organisons deux grands opens internationaux (en février dans le cadre du Festival international des Jeux de Cannes et en juillet) qui rassemblent 400 joueurs venus des quatre coins de la planète.
La gestion de ces événements d’envergure prend nécessairement beaucoup de temps. 
En résumé, je n’ai pas le temps de m’ennuyer !
Chaque semaine, il se passe toujours quelque chose à Cannes Échecs ! 




Quelles sont les soft skills que l’on développe lorsque l’on pratique les échecs ? 
La pratique des échecs est très formatrice. La concentration est bien évidemment nécessaire. Un seul mauvais coup peut anéantir toute la stratégie mise en place. Il faut rester attentif et toujours tenir compte de la présence d’un adversaire qui est là pour contrarier nos plans. 
L’imagination est également très importante. 
Au début de la partie, chacun dispose de la même armée, le but étant d’imposer notre vision à l’autre en le surprenant. 
Comme tout jeu de réflexion, la stratégie et le calcul sont omniprésents. Une fois qu’un plan est choisi (stratégie), il faut trouver le moyen efficace de le dérouler en anticipant les réactions adverses (calcul). 
Avez-vous des conseils pour nos lecteurs qui souhaitent apprendre ou progresser aux échecs ? 
Quel que soit le niveau auquel on joue, il ne faut jamais perdre de vue que les échecs restent un jeu. Les notions de plaisir et d’amusement doivent donc prédominer sans se soucier du résultat. 
Se rapprocher d’un club est forcément une bonne chose pour côtoyer des joueurs de tout niveau ainsi que des formateurs dont les conseils avisés seront utiles pour progresser. 
La lecture d’ouvrages de qualité est également fortement recommandée.
 Enfin, bien évidemment, il faut jouer un maximum sans craindre de perdre et se tromper : se corriger est la meilleure des façons de progresser. 
En résumé, les échecs sont tellement riches que chacun, peu importe son niveau, son âge, sa disponibilité, trouvera la façon qui lui convient le mieux pour découvrir le roi des jeux ! 

Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires