🍪 Nous utilisons des cookies pour personnaliser votre expérience sur ce site

Gérer les cookies enregistrés :

En plus des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site, vous pouvez sélectionner les types de cookies.


Vivre l'aventure de sa vie !

Cet article est un extrait de Passion d'Apprendre Magazine (vous pouvez le télécharger intégralement et gratuitement sur ce lien : https://passiondapprendre.com/Passion_d_Apprendre/m-Magazine-magazine )
Vivre l'aventure de sa vie ! 
Je souhaite vous parler de la plus grande force qui nous anime, qui sous-tend nos passions, notre capacité à surmonter nos challenges de vie, notre développement interne et notre capacité à apprendre. Autoroute vers la jouissance de vivre l'aventure de sa vie !

La passion ne sort pas du chapeau par hasard. Et n'est pas un long fleuve tranquille : demandez à un champion de lecture rapide s'il a rencontré des obstacles, des échecs, des déceptions et des envies d'arrêter au long de sa progression.
Demandez si son « génie » est inné ou acquis !
Le génie c'est le mot très arrangeant qui peut être posé par d'autres pour éviter de se confronter à leurs propres talents, à la pratique répétée, la revisite, la confrontation de ces derniers dans le monde réel.
Pour en arriver à ce niveau dans un domaine – niveau qui fait envie à une foule de gens d'où les succès télévisuels des émissions du type « incroyables talents » – il y a besoin d'avoir une force qui nous soutient malgré les obstacles, la sécurisation par le confort, l'intensité émotionnelle que l'on va rencontrer.
Une force NATURELLE en nous qui nous soutient de manière inconditionnelle dans ces aventures folles et imprévisibles. Cette force : je l'appelle « feu sacré », et chacun peut la reconnecter au service de sa vie.

« Dis m'en plus sur le feu sacré ! »

Le feu sacré c'est ta capacité à sentir bien plus en direct tes aspirations profondes, tes vrais désirs (ceux qui te nourrissent profondément) et t'oriente fortement vers TES projets de vie. C'est ta boussole intérieure.
Réponse à celles et ceux qui cherchent leur place dans ce monde et les moyens de la prendre.

C'est le meilleur soutien à tes aventures et tes apprentissage.
C'est ta force animale naturelle, qui a une sagesse de l'action qui se passe d'intellect.
C'est ta force de caractère qui te permet d'engager  n'importe lequel de tes défis de vie, au delà des peurs, au delà des doutes, au delà de l'intensité. « J'ai peur et j'y vais car mon envie est plus forte que tout »
Tu vas rester moins longtemps dans les périodes difficiles, tu vas décider beaucoup plus vite et plus fréquemment, et ta capacité à agir dans le sens de tes projets va augmenter.

Rien d'intellectuel ou de conceptuel là-dedans.
Ton intellect stratège se posera sur cette incroyable force d'avancée et tu tireras parti du meilleur des deux.
Derrière cette tragédie humaine (oui) il y un phénomène de fond que l'on peut nommer de différentes manières : protections, masques, personnalité secondaire, schémas d'inertie.

Ce phénomène de fond : c'est la SURVIE.
Quand nous étions petit, devant l'ignorance que nous avions de phénomènes de vie très douloureux (c'est souvent fait inconsciemment), nous avons créé des mécanismes de survie nous permettant de continuer à vivre en contournant l'intensité de ces phénomènes. C'est le principe des traumas où pour survivre à un vécu extrêmement douloureux : une partie de nous colle immédiatement une couche d'anesthésie pour survivre. Même principe à plus large échelle.
Ces mêmes patchs d'anesthésie dans notre énergie qui en viennent à obstruer plus tard l'accès à nos désirs, nos rêves, notre force de caractère réelle et non-conditionnée.

Ce qui nous a énormément arrangé étant petit se retrouve étouffant, à choisir ce que l'on peut vivre ou pas, posant des choix automatiques pour nous.

Pis encore : dans une société où la survie du groupe était la priorité pour protéger chaque individu (comme chez les animaux), inconsciemment des verrous à être totalement soi se sont installés.
Imaginez que quelqu'un de totalement soi ait le désir d'aller explorer le monde, et de fait : quitter sa tribu. Il prendrait le risque d'être isolé et de tomber nez à nez avec un groupe d'êtres pouvant lui être hostiles.
Ces traces de comportement sont toujours en nous de manière subtile, du coup nos mécanismes de survie d'enfance se sont construits sur le mode « plus tu te rapproches de toi-même tel que tu es vraiment, plus tu es en danger ».
Ce sont des peurs viscérales et irrationnelles dont notre système de survie tente de nous protéger.

La plupart des gens alors survivent. Ne descendent pas en dessous d'un certain palier de malheur (là par survie ils déclenchent la force de s'en sortir) mais ne dépassent pas la limite haute du bonheur non plus. Coincés dans une énergie et une vie « ok », sans plus.
Les mécanismes de survie font leur job à plein temps : ne pas mourir. Par contre être heureux n'est pas leur sujet.

Je tente évidemment tant bien que mal de décrire ce phénomène avec mes mots et mon regard subjectif.

Ce qui est le plus important : que toi lectrice-lecteur tu observes si tu te sens à fond dans ta vie.
Ou si tu sais que tu peux aller beaucoup plus loin, beaucoup plus intensément. De manière beaucoup plus « kiffante ».

Donc prendre le risque fou d'être soi est bordé par des mécanismes de survie souvent inconscients et hérités du collectif en nous. Protégeant une partie de notre vulnérabilité, et au passage avec elle :  nos désirs les plus profonds, la profondeur de notre manière extrêmement unique d'être au monde, et certains pans de nos talents.

« ok je me reconnais dans ces phénomènes, alors comment je fais pour rebrancher mon feu sacré ? Pour outrepasser ça ? »

Pour rebrancher ton feu sacré, nous avons développé une expertise spéciale pour y accompagner.
Nous c'est Anti-Leadership, l'entreprise de coaching dans laquelle je travaille en tant que coach feu sacré et débloqueur de l'inconscient.
photo 20200212152129
 Pierre Mézière,
J'accompagne ceux qui veulent changer de regard pour trouver le sentiment d'être heureux, peu importe où ils sont sur le fil d'équilibriste de leur vie.
C'est du développement personnel, facilité par ma sensibilité énergétique.
Je suis passionné par l'exploration de l’être humain depuis tout petit, c’est d’ailleurs le fil rouge de tout ce que j’ai entrepris.

Vos réactions (1)

L'aventure de la vie

Se faire confiance induit que l'on dispose d'un GPS extraordinaire pour arriver à destination dans les meilleurs délais dans la joie et la bonne humeur..
Le GPS Global Position System est à l'intelligence artificielle ce que la Gentille Personne Solidaire est à l'humain, il nous accompagne pour aller au cœur de l'aventure de notre vie.
Le premier GPS est la Gentille Personne Solidaire qui nous ccompagne...
Le second GPS est soi-même. Lorsque l'on se fait confiance, pour trouver son chemin, on devient une Gentille Personne Solitaire.
Pour le 3ème GPS, en désespoir de cause, le hasard fait que l'on rencontre une Gentille Personne Salutaire qui pourra indiquer le meilleur parcours pour atteindre son objectif...
Chaque rencontre se combine les unes aux autres pour atteindre l'objectif que nous nous sommes fixé, elles sont là pour nous guider dans nos choix. Chaque rencontre est en interaction avec son savoir-faire et son savoir être, c'est en cela que l'on met le meilleur de lsoi-même dans ce que l'on fait ... Il n'y a pas d'obstacle, il suffit tout simplement de trouver le bon chemin et chaque étape est une escale nécessaire à son évolution. Le plan est une chose et la vraie vie en est une autre...
L'interaction entre les uns et les autres permet de disposer de toute l'énergie  nécessaire pour nous éclairer dans notre vraie vie...
organiser son itinéraire de vie, c'est comme partir faire un trek avec l’assurance de vivre une aventure hors du commun !
Préparer son trek peut paraître compliqué : par où commencer ? Alors pour parvenir à répondre à cette question et s'aventurer sereinement, ce GPS est un guide providentiel pour préparer son trek, celui de sa vie !
Le bon déroulé d’une randonnée tient toujours de sa préparation, peu importe sa durée. Quand il s’agit d’une randonnée en itinérance pendant plusieurs jours, il est préférable que la préparation en amont soit absolument minutieuse pour éviter les mauvaises surprises une fois sur le terrain.
Chaque étape est essentielle et il convient de les prendre dans l’ordre pour répondre à toutes questions existentielles.
Bien sûr, la préparation ne remplace pas l’expérience du terrain et certains paramètres restent complètement cachés.
Le magnifique paradoxe de l’aventure est de trouver l’équilibre entre la préparation rigoureuse pour rester aligné à soi-même.
Ainsi a surprise du chemin sera un émerveillement...
Quand on prépare un trek, tout repose sur l'itinéraire.
Bien avoir en tête le bon itinéraire voire plusieurs itinéraires possibles permet de lever beaucoup d’ombres sur notre aventure dans sa phase de préparation.
Toute la préparation du trek dépend du tracé de notre aventure, celle de sa vie et de ses éventuelles variantes.
Poser un itinéraire permet de définir à l’avance les étapes que l'on souhaite réaliser au fil des jours. Pour chacune de ces étapes, nous identifierons les points importants qui nous ont permis d'atteindre ce palier...
Gardons toujours en tête que sur place, il est essentiel de s'adapter avec son itinéraire. Une zone que nous pensions traverser peut se révéler finalement fermée ou dangereuse…
Pour que notre itinéraire soit au parfait croisement de nos capacités  et de l’émerveillement que nous voulons rencontrer, il est vital de bien estimer la difficulté à la fois mentale et physique de son trek de vie. Afin de faire face à cette situation j'ai concocté une citation pour illustrer mes propos :
« Penser sans réfléchir c'est rêver ! Agir sans réfléchir c'est le cauchemar »
La première question qui se pose : Comment estimer la difficulté d’un trek ?
Une fois que l'on a réalisé le tracé intégral de son trek, il est préférable de le découper en étape : chaque jour est une étape et pour chacune, il s'agit de définir son point de départ et son point d’arrivée. L’idéal pour cette étape est de passer par une étape nécessaire pour se ressourcer et analyser ensuite chacune des étapes à la lecture de la variable d’or.
La variable d'or d'un itinéraire de trek est la distance à parcourir, le dénivelé à réaliser, évaluer le poids du sac à dos émotionnel que nous portons.
Chacun de ces trois paramètre va jouer sur la difficulté de l’étape quotidienne et donc sur la durée totale de son trek. En connaissant et en maîtrisant ce trio, il est facile d'agir sur la difficulté de son itinéraire.
Pour estimer où l'on se situe dans cette variable, le meilleur moyen est de s'entraîner à tester progressivement notre niveau sur les actions à entreprendre dans la journée.
En évaluant au plus juste son niveau, nous sommes ainsi capable de déterminer si le trek que l'on souhaite entreprendre nous est accessible et identifier les autres paramètres importants de notre itinéraire.
Pour bien s'auto-accompagner, chaque rencontre dispose d'une  connaissance approfondi dans sa spécialité, à nous de nous en enrichir...
D'un conseil à l'autre les pratiques se combinent les unes aux autres, il s'agit de compétences croisées qui contribue à sa réussite.
Une citation Touareg illustre merveilleusement l'esprit de cette aventure :
« Ce que l'on fait pour les autres mais sans les autres se fait contre les autres ! »
À contrario de L'argent qui divise et se divise, ici la connaissance se partage et se multiplie...
« On connaît les gens pour ce qu'ils font mais rarement pour ce qu'ils sont ! »
une question se pose alors :
À quel moment s'intéresse-t-on à ce que les gens sont ?
Selon moi la réponse est simple :
Lorsque les gens mettent le meilleur d'eux-mêmes dans ce qu'ils font naturellement on s'intéresse à ce qu'ils sont...
lorsque l'on met le meilleur de soi-même à ce que l'on fait... On relie ainsi le désir au plaisir qui est son aboutissant.
Conjuguer l'être et le faire, c'est s'assurer de sa bonne santé. Par un parcours riche de contenu, nous réalisons notre propre résilience qui est le terreau de notre projet
Il n'y a pas d'effet sans cause...
Sans nécessairement en être coupable, on est tous responsable de son histoire...
Dans mon parcours, le processus que je propose, pour accompagner le sujet à son auto guérison quand le mal-a-dit, ou dans une démarche préventive pour se maintenir en bonne santé, j'ai combiné plusieurs approches dont le principe fondamental est de s'intéresser au sujet avant sa maladie...
Être acteur de sa vie est ma préoccupation principale pour parvenir à notre objectif commun qu'est d'exister...

par Pierre Leroux Somato-thérapeute , il y a 4 mois
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires