A quoi bon être intelligents, si c’est pour détruire la vie ?

Cet article est un extrait de Passion d'Apprendre Magazine (vous pouvez le télécharger intégralement et gratuitement sur ce lien : https://passiondapprendre.com/Passion_d_Apprendre/m-Magazine-magazine )
Des clés pour réviser sereinement son travail scolaire malgré les difficultés
1)      Quels sont les pièges à éviter pour un enfant ou un étudiant qui révise ? 
De bonnes stratégies de travail nous aident à maîtriser plus facilement un nouveau savoir.
Piège 1 : Ne pas prendre le temps de s’installer dans un espace personnalisé, Séparé des distracteurs pour travailler sereinement. Agencer un environnement propice à la réussite. Trouver un endroit calme pour étudier. Disposer d’une table en permanence, une étagère dédiée pour regrouper les supports d’apprentissages au même endroit. L’espace de travail doit être bien rangé, car le plaisir vient avec l’ordre et les documents dont on a besoin sont la portée des mains.
Piège 2 : Ne pas avoir de pause créative après un travail de 20 minutes.
Des études indiquent que ne pas prendre des pauses engendrent de la fatigue mentale.La fatigue mentale correspond à une incapacité temporaire à atteindre ou maintenir une performance cognitive maximale suite à une activité mentale prolongée. En d’autres termes, on met plus de temps à lire, à réfléchir, et un rien perturbe notre attention. Il suffit que vous meniez une activité un peu trop longtemps pour que la fatigue mentale se fasse sentir.
Le cerveau stocke facilement… mais il efface aussi facilement.
De plus, « COMPRENDRE » NE SUFFIT PAS POUR « MÉMORISER », vous devez « OUBLIER » pour réactiver de ce que vous avez appris.
On restitue une information grâce à des indices récupérateurs (et encore mieux s’ils sont personnels), il est donc préférable de créer des fiches de révisions allégées et personnelles.
Piège 3 : Ne pas prendre le temps après la pause d’analyser son travail.
Être efficace ne veut pas dire réaliser tout ce que vous avez à faire, vous n’aurez jamais le temps nécessaire pour tout.
L’efficacité consiste à identifier les 20% des tâches qui vous apportent 80% des résultats, et de dédier tout le temps qu’il faut pour bien les réaliser.
Soyez clairs sur vos objectifs.

2)      Qu’est-ce qu’une révision efficace ? 
Comprendre est plus important que mémoriser de mon point de vue !
La révision efficace c’est donc se tester. Et souvent !
Des habitudes de réflexion augmentent l’efficacité des révisions et des apprentissages en général.
La réflexion est une forme de :
• Remémoration (que s’est-il passé ? qu’ai-je fait ? qu’est-ce que ça a donné ?)
• Élaboration (que ferais-je différemment la prochaine fois ?)
• Stimulation des canaux kinesthésiques (manipulation, toucher, écriture)
• Être actif et auteur du processus (sélection des informations importantes, rédaction des questions et des réponses, choix des mots ou des images au verso)
• Possibilité de mettre des images, des schémas, des photos ou des graphiques au dos des flash cards
• Format pratique, manipulable et transportable
• Révisions à plusieurs possibles

3)      Quelles sont les bonnes habitudes à adopter en matière de révision et d’organisation ? 
Apprendre, c’est passer par des étapes d’erreurs, d’essais, de blocages, de dépassement de soi, de réflexion et d’ajustement. Mais c’est aussi avoir un projet à long terme et franchir les étapes les unes après les autres. Aussi, mettre en place des croyances, telles que celle-ci : « de toute façon, je ne suis pas bon en maths, ça tient de famille ! », revient se culpabiliser et à se fermer les portes du savoir. Ainsi, la première habitude, c’est la possibilité de bien s’exprimer et de se dire « quoi qu’il arrive je vais y arriver ».
 Les révisions sont en « couples » avec les mémoires, j’ai bien écrit les « mémoires au pluriel » parce que c’est un fait à connaitre pour bien travailler.
Comment permettre à un apprentissage de rester durablement en « mémoire » ? Pour optimiser au maximum le stockage de l’information dans une mémoire à long terme, vous allez utiliser la méthode de la répétition espacée.
Comment faire ?
Commencez à planifier les examens le plus tôt possible, et prends un peu de temps chaque jour. Il est préférable de répartir cinq heures de travail sur deux semaines plutôt que cinq heures en une seule fois. Révisez les informations de chaque cours, mais pas tout de suite après. Après avoir révisé les informations de la dernière leçon, vous devez réviser les anciennes leçons importantes pour les maintenir en mémoire.
 
 
4)      Avez-vous un dernier conseil à partager avec nous ? 
 Apprendre, ça s’apprend ! Apprendre change le cerveau, littéralement.
Commencer par porter un projet, afin d’être efficace. Un projet qui transmet la motivation, le désir, l’énergie facilitera l’attention, la compréhension et la mémorisation. Un projet aide aussi à se responsabiliser, à chacun de s’organiser pour aller à son rythme. Pour apprendre efficacement, il faut créer un contact régulier avec ce que vous avez appris. C’est-à-dire qu’il est bon de lire, de souligner, de surligner, de demander des explications, de consulter différentes sources et de relire plusieurs fois ses notes. Mais c’est loin d’être suffisant. Il faut aussi associer et visualiser les informations et ainsi, les réactiver régulièrement par des évaluations. Pour apprendre vous devez repérer vos compétences et les réutiliser, afin de mobiliser les connaissances acquises. Cela va permettre d’ancrer des expériences et des souvenirs.
Le plus important : « croire en vous et vos capacités » tout en connaissant vos limites.
Ismail Sadky
Ismail Sadky,
Enseignant depuis vingt ans, et auteur de plusieurs ouvrages sur les apprentissages, je propose des outils mis en pratique avec des élèves de lycée professionnel. Je suis formateur et créateur de L’Académie des Apprentissages qui a pour but de fournir des moyens pratiques aux personnes désireuses d’accompagner de jeunes adolescents.
«  Apprendre, cela s’apprend !» Ismail Sadky
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires