🍪 Nous utilisons des cookies pour personnaliser votre expérience sur ce site

Gérer les cookies enregistrés :

En plus des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site, vous pouvez sélectionner les types de cookies.


Pas épanoui dans votre job ? Et si la meilleure solution était de… rester ?

Cet article est un extrait de Passion d'Apprendre Magazine (vous pouvez le télécharger intégralement et gratuitement sur ce lien : https://passiondapprendre.com/Passion_d_Apprendre/m-Magazine-magazine )

Pas épanoui dans votre job ?
Et si la meilleure solution était de… rester ?

Lorsque l’on ne se sent plus bien dans son poste, c’est – le plus souvent – que l’on se trouve face à un (ou plusieurs) de ces constats :
·         Vous ne voyez plus le sens de votre travail, la raison pour laquelle vous vous levez le matin
·         Vous donnez beaucoup de vous, mettez beaucoup d’efforts dans vos missions pour une reconnaissance proche de… zéro
·         Vous avez l’impression de stagner, que tous les jours se ressemblent
·         Vous aimeriez avoir un impact positif sur le monde mais vous ne voyez pas bien comment
·         Vous rêvez de plus d’autonomie, de pouvoir vraiment utiliser vos compétences dans votre travail…
Et c’est parfaitement normal !
Que vous soyez dans votre poste depuis quelques mois ou plusieurs années, il y a toujours un moment où se pose la question de partir pour aller voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Cette réflexion est légitime et tous nous l’avons déjà tous ressentie.
 
Parfois le changement radical n’est pas la solution.
Cependant, tout changer, vous reconvertir, vous installer dans une autre région, changer de mode de vie, toutes ces choses paraissent très attrayantes sur le papier mais nécessitent une certaine prise de risque et une motivation profonde. Ce sont des projets au long cours, que vous ne pouvez pas initier sur un coup de tête.
Alors, effectivement si vous ne pouvez plus voir votre boss en peinture, si vous exécrez profondément votre travail et que chaque journée au boulot est une torture, oui là il faut changer.
 
Le problème est (le plus souvent) localisé
Dans les faits, ce sont souvent certains éléments, bien spécifiques, qui ne nous conviennent plus dans notre poste, pas son intégralité. Alors, ne minimisons pas, ces choses ont un réel impact sur votre épanouissement, mais elles ne représentent la plupart d’une temps qu’une partie limitée de votre poste.
Si vous prenez le temps de faire un point, aussi objectif que possible, vous allez vous rendre compte que votre poste vous convient probablement encore à 70 à 80 %. Les 20 à 30% restants sont des points noirs tels que le manque de reconnaissance, le manque de sens, le besoin de diversité, l’envie de relations professionnelles plus satisfaisantes…etc.
Et, en les lisant, comme cela, vous vous dites sûrement que ce ne sont pas des « petites » choses. C’est tout à fait vrai, ces besoins ou envies non satisfaits sont conséquents par leur impact mais – et c’est là que réside la très bonne nouvelle – vous pouvez agir dessus dans votre poste actuel, nul besoin de transformer toute votre vie pour le faire.

Comment agir sur ces « points noirs » ?
Vous pouvez utiliser une technique, découverte par des psychologues américains, qui s’appelle le « job crafting ». Il s’agit de l’art de façonner son travail afin qu’il corresponde mieux à nos attentes, nos envies et nos compétences, et ce en respectant les obligations qui vous lient à votre entreprise, à votre bénéfice et au sien.
L’idée de cette technique est d’agir, dans votre poste actuel, sur les axes d’épanouissement au travail. Les chercheurs en proposent trois :
·         Le sens que vous donnez à votre travail
·         Les missions que vous effectuez
·         Les relations que vous avez au sein de votre entreprise.
 
O pense souvent, à tort, que l’on a très peu de marge de manœuvre pour « customiser » notre poste. On le voit comme gravé dans la pierre par l’entreprise, la Direction, notre manager. En fait vous avez beaucoup plus de latitude que vous ne le croyez.
Voyons en détail chacun de ces axes.
 
Le sens vient de vous
La notion de « sens » est souvent mal comprise. On y voit quelque chose qui nous serait donné de l’extérieur, dans le cas de votre poste, donné par l’entreprise.
En fait, le sens est quelque chose de personnel, de subjectif. Il dépend principalement de vous. Deux personnes qui font le même métier n’y verront pas le même sens, même si son utilité est identique.
Je prends souvent l’exemple du métier de pompier. L’utilité (ou la finalité si vous préférez) du métier de pompier est – principalement – de lutter contre les incendies. En revanche, le sens qu’un pompier donne à son métier peut être : sauver des vies, préserver le patrimoine, se dépasser, être utile à la communauté…etc.
Le problème est souvent que l’on n’a jamais pris le temps de se poser la question. En voici donc quelques-unes pour initier votre réflexion : quel est le sens de mon travail ? quelle est son utilité ? qui aide-je en faisant mon travail ? sur qui /quoi ai-je un impact ?
 
Vos missions changent tout le temps
Vos missions ne sont pas immuables. Elles ont, depuis votre prise de fonction, déjà énormément évoluées. Sauf que cela passe généralement inaperçu car cela n’est pas consigné (les fiches de poste ne sont quasiment jamais mises à jour en entreprise) et que cela s’effectue de manière progressive.
Le défi maintenant est de faire en sorte de faire évoluer sciemment vos missions et, surtout, de faire en sorte qu’elles soient plus en ligne avec vos attentes et vos compétences, tout en continuant à travailler dans le sens des objectifs de l’entreprise.
Pour cela, vous pouvez repartir de votre fiche de poste et l’actualiser en fonction de ce que vous faites réellement au quotidien. Une fois que vous avez la liste exhaustive de vos principales missions, lancez-vous dans son étude approfondie pour savoir lesquelles sont sources d’insatisfaction et identifier les actions correctrices que vous pourriez mettre en œuvre pour que cela changer (modification de process, solutions innovantes, suppression des actions obsolètes…Etc).
 
Les relations professionnelles sont clés pour être (et rester) motivé et épanoui
Au travail, vous devez entretenir des relations professionnelles avec un certain nombre de personnes : collègues, manager, collaborateurs… Personnes avec lesquelles, pour certaines, vous n’avez peut-être aucun atome crochu (si ce n’est pire). Et pourtant, pour mener à bien vos missions, vous êtes forcé d’interagir.
Alors, comment faire pour éviter les « boulets » ? Vous pouvez procéder comme pour l’analyse de vos missions. En général il n’y a que quelques personnes avec lesquelles vous avez du mal (si c’est avec tout le monde, le problème vient peut-être de… vous ou l’environnement est réellement toxique). Une fois ces personnes identifiées, déterminez comment vous pouvez continuer à mener vos missions à bien tout en limitant ou modifiant vos interactions avec ces personnes (fréquence, mode de communication, durée…etc).
 
Le job crafting : bénéfique tant pour vous que pour l’entreprise
Les personnes qui pratiquent le job crafting (selon les résultats de dizaines d’études de psychologie) :
·         Trouvent plus de sens à leur travail
·         Eprouvent plus de satisfaction et de motivation
·         Se sentent plus épanouies dans leur poste.
Et, bonus non négligeable, appliquer les principes du job crafting permet aussi d’améliorer votre employabilité.
 
Et cela est aussi avantageux pour votre entreprise. En effet, comme après avoir façonné votre poste vous êtes plus épanouis et motivés, vous êtes aussi plus productifs, plus engagés et plus susceptibles de rester dans l’entreprise.
Alors, pourquoi s’en priver ?
 
photo emilie Amic
Emilie Amic,
Consultante et formatrice en développement professionnel & entrepreneurial, j’ai créé Luceliandre pour aider ceux qui veulent retrouver du sens et s’épanouir dans un travail qui leur correspond vraiment.
Auteur des livres « Mieux s’organiser au travail » et « Façonne Ton Job » (disponibles sur Amazon)
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires