LA RECONNEXION A SOI

Cet article est un extrait de Passion d'Apprendre Magazine (vous pouvez le télécharger intégralement et gratuitement sur ce lien : https://passiondapprendre.com/Passion_d_Apprendre/m-Magazine-magazine )
La reconnexion à soi
C’est désormais flagrant pour tout le monde : nous traversons une période de grands bouleversements. Des questions se posent pour l’avenir de la planète, auxquelles l’humanité va devoir répondre. De cette transition, elle sortira complètement changée.
Que va-t-il se passer ? L’avenir n’est pas une histoire écrite à l’avance à regarder se dérouler. Régi par la physique quantique, le temps se compose d’une infinité de lignes, un peu comme un réseau ferré. Dans le futur, toutes les potentialités coexistent, toutes également probables. Ce qui nous attend sur notre ligne de vie dépend des choix que nous faisons à chaque aiguillage. La transition que nous vivons actuellement est comme une énorme gare de triage. Pour faire simple, nous pouvons choisir de poursuivre sur la voie de la croissance à grande vitesse, en laissant le mental et l’ego aux commandes.
Ou bien nous choisissons de prendre un autre train, de profiter du voyage pour se rencontrer, pour jouir de la beauté du paysage, au rythme du cœur et sur la voie de l’âme.
Si l’humanité se laisse aller sur la première ligne, celle de la compétition effrénée, elle devra s’adapter aux aboutissements logiques vers lesquels fuit le mental: transhumanisme, intelligence artificielle, hypercontrôle.
C’est un cybermonde de plus en plus déshumanisé au profit de l’ego qui se profile par là. L’autre voyage, avec son empreinte carbone réduite, bénéficie d’une image positive mais il exige la participation de tous. Il promet moins de confort et réclame plus d’efforts…  D’une manière ou d’une autre, la transition qui s’annonce sera pour tous une expérience bouleversante. Vécue comme un dépouillement par les uns, elle sera ressentie comme une vraie chance pour ceux qui en auront choisi la direction, pour ceux qui seront le changement. Une volonté de changer le monde qui s’engage sur l’ancien modèle ne fera que reproduire l’ancien. Espérer voir le monde changer en se cantonnant à cette seule volonté, c’est rester positionné sur la voie dangereuse du mental. Dépourvue d’ancrage et de repères, cette « bonne volonté » se laisse embrigader dans toutes sortes de projets menés par des manipulateurs en quête de volontaires. Si l’intuition fait défaut pour tirer la sonnette d’alarme, seul le mental et l’ego décident. Le mental se laisse convaincre par un raisonnement, l’ego par des compliments.
 Si vous les laissez aux commandes, vous pourriez vous retrouver à œuvrer pour une cause qui n’est pas la vôtre, au profit d’un organisme ou d’une personne à qui vous faite aveuglément confiance. Ce n’est pas forcément une mauvaise personne mais, consciemment ou non, elle vous dévie de votre chemin pour vous faire suivre son projet. Ce n’est pas forcément un mauvais projet mais ce n’est pas le vôtre. Un vrai travail de recentrage sur soi est donc un indispensable avant de s’engager dans la voie du changement. Si l’on connaît le sens dans lequel on va, on se donne toutes les chances d’aller sur la bonne voie. Si tous ceux qui ambitionnent de « refaire le monde » commencent par changer eux-mêmes, l’espoir peut naître d’un renouveau possible. 

Oser se retrouver soi-même
Je pense que chaque âme s’incarne sur terre pour y mener une mission : sa propre mission d’incarnation. Mais le monde physique a des priorités plus terre à terre. Parce qu’il faut bien « gagner sa vie », nous en perdons le sens. Pour renouer avec le vrai sens de notre existence ici-bas, il importe de retrouver la voie de son âme. C’est ce que j’appelle la reconnexion à soi. Elle constitue la base de mes enseignements. Un vrai chemin de liberté ne se trouve pas par les valeurs des autres. La reconnexion à soi, c’est comme un GPS qu’on reprogramme sur ses fondamentaux. Une fois remis à jour, il ne quitte plus le chemin de vie jusqu’à la réalisation de sa mission. Dès lors, tout est clair et simple. On avance en confiance. La sérénité plutôt que le stress, c’est ce qu’on gagne à cheminer en accord avec soi-même plutôt qu’à s’efforcer de suivre des objectifs imposés.  Quand on est reconnecté à son âme, c’est elle qui guide nos actions. Remis à sa juste place, le mental ne fait plus que son vrai boulot d’exécutant sans se mêler de diriger notre vie selon des valeurs qui ne sont pas les vôtres. Il ne s’agit donc pas de changer. Les humains ne changent pas. Il s’agit au contraire de se retrouver au plus intime de sa vérité. De se débarrasser des automatismes dans lesquels nous sommes formatés pour fonctionner selon les codes du monde ancien. Il s’agit de renouer avec son humanité pour pouvoir, avec les autres humains, opérer le changement. Ceux qui me connaissent savent que j’ai un lien privilégié avec les énergies multidimensionnelles.
Je n’en tire aucune vanité.  C’est un fait : l’univers me délivre des informations. Pour autant, je ne prétends pas voir l’avenir. Seulement, j’ai conscience des possibilités alternatives qu’il porte en lui.
Je caresse la vision d’un nouveau monde, recentré sur l’humain. Et cependant, j’ai parfaitement conscience qu’à la faveur de la passivité populaire, une dictature pourrait se mettre en place. En effet, les moyens technologiques sont disponibles pour qu’un régime autoritaire s’impose et la plupart des citoyens laisse faire, voire l’espère… Ils rêvent d’un monde de coopération fraternelle, mais une telle transition
exige qu’on y travaille et les citoyens préfèrent déléguer la responsabilité d’agir plutôt que s’investir eux-mêmes. Ils y perdent leur âme mais c’est confortable. Craintifs, les hommes acceptent d’étouffer les aspirations de leur cœur pour se ranger sous les superlatifs de la Force, de la Victoire, du Pouvoir, du Succès. Ils acceptent de se laisser mener par les objectifs de l’exploitation de tous par quelques-uns, alors que leur cœur les incline naturellement à rechercher la simple joie d’être ensemble…

Ceux qui souffrent le plus de cet état de fait sont les hypersensibles. Leur intimité quasi animiste avec l’âme des choses vivantes les rend immédiatement conscients des déséquilibres naturels.
S’ils observent, eux aussi, ce qui se trame avec passivité, ce n’est ni par ignorance, ni par indifférence mais par peur du ridicule. Dans ce monde, ils le savent, ils sont toujours en décalage. Ils n’ont pas voix au chapitre. Si on leur demandait leur avis, ces bisounours avanceraient des arguments comme la joie, l’amour, la solidarité… mais ils n’osent pas et  on comprend leur honte : face à la puissance supérieure du mental, la gentillesse, ça ne pèse pas lourd… Cependant, les valeurs du cœur et de l’âme qui animent ces hypersensibles sont l’essence secrète de la nouvelle humanité. Dans un monde recentré sur l’humain, ceux qui vibrent sur ces énergies
trouveraient leur place. L’empathie, par exemple, est considérée comme une faiblesse dans le monde de la compétition, du chacun pour soi. Dans un monde de coopération, où nul ne chercherait à se valoriser en marchant sur la tête de l‘autre, l’empathie serait une force. Le changement qui s’amorce est donc le moment pour les hypersensibles
de s’imposer comme acteurs majeurs de la transition. Eux seuls peuvent bouleverser l’humanité. Non seulement ils le peuvent mais ils le doivent.

Seulement, comment l’oser ?
En déjouant l’autocensure du mental, la Reconnexion à soi aide les hypersensibles à s’imposer. Les hypersensibles sont ce que j’appelle des humains montés à l’envers. Ils vibrent de valeurs magnifiques mais comme ils sont programmés pour faire fonctionner le monde ancien, le monde ancien fonctionne. Reconnectés à leur âme, ils reconnaissent leurs faiblesses et leurs émotions comme des forces et des preuves d’humanité. Reprogrammés sur leurs valeurs de cœur, fiers d’avoir besoin les uns des autres pour avancer ensemble, ils font émerger un nouveau monde… Ils trouvent naturellement leur place dans la société humaine puisqu’ils sont le changement qui s’y opère. Cependant, je ne suis pas une douce rêveuse. Pour contrer la force d’inertie qui pourrait l’entraîner vers un avenir très sombre, l’humanité a besoin de plus que de belles paroles. Pour insuffler du cœur à cet ouvrage, il faut des leaders. 
L’énergie la mieux capable de susciter un vrai changement dans le monde est celle qui anime les artistes, les créateurs, les influenceurs. Parce qu’ils ont transformé leur hypersensibilité en charisme, ils inspirent des milliers de personnes à suivre leur exemple.  L’un de mes programmes énergétiques s’adresse spécialement à ces leaders. Il forme ce que j’appelle des Souldiers : des soldats de l’âme. Ce sont des hommes et femmes de tous les secteurs d’activité dont j’accompagne la transformation dans leur domaine de compétence. Pour chacun d’eux, je désigne un business concept harmonisé à ses valeurs profondes et je télécharge la fiche technique de son métier mise à jour dans l’énergie du nouveau monde. De la même façon, je peux modéliser le monde de demain, transformé par ces entrepreneurs guidés par le cœur. Le type de société idéale qui m’est suggéré par l’univers n’est pas une régression vers le monde d’avant-hier. Les Souldiers ne cherchent pas à détruire ce que les civilisations ont apporté au cours des siècles. Ils en gardent le meilleur pour l’allier au meilleur du monde en devenir. Ils font le lien, la transition entre hier et demain. Ils sont armés d’une force pacifique de co-création positive. Comme ils ne sont pas orientés par l’intérêt mais guidés par la bienveillance, on peut leur faire confiance pour inventer ensemble un monde plus responsable car plus conscient de sa joie. Transformés par l’expérience de la co-création, ils savent que c’est le bien le plus précieux. Recentrés sur leur humanité, les humains éveillés co-créent la nouvelle humanité
Ainsi, j’ose l’affirmer : se reconnecter à soi-même contribue au bonheur de tous.
joyce douay
Céline Joyce Douay,
Thérapeute spécialisé dans le burn out, sophrologue et énergéticien.
 Après avoir exercé dans le domaine du développement durable, Cédric a choisi de se former à l’accompagnement autour du mieux-être intérieur. Il propose aujourd’hui des séances individuelles et collectives, des soins, en cabinet à Cannes et à distance.
«  Ce que tu réalises intérieurement
va changer la réalité extérieure.
» 
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires