La puissance de nos mots au quotidien

Cet article est un extrait de Passion d'Apprendre Magazine (vous pouvez le télécharger intégralement et gratuitement sur ce lien : https://passiondapprendre.com/Passion_d_Apprendre/m-Magazine-magazine )

                                                                             La puissance des mots au quotidien

Goethe disait « Parler est un besoin écouter est un Art » et si finalement parler était aussi un Art.
L’art de choisir les bons mots et de savoir les choisir afin qu’ils génèrent du bien-être et non des maux ! Parler nous permet de communiquer, de transmettre des messages.
Cependant, nous le vivons tous, l’observons, le constatons au quotidien, parfois, un mot, une façon de formuler une phrase peut tout faire basculer, du bon comme du mauvais côté. Alors, il est temps que nous prenions conscience, que nos paroles détiennent un pouvoir : celui de détruire ou celui construire, voire guérir.
Par habitude, par mode, ou encore en fonction de notre culture, nous utilisons des mots par automatisme sans même avoir conscience de leur impact. Et pourtant, nos mots au travers de nos paroles ont un effet sur soi autant que sur les autres.
Ce qu’il faut comprendre, c’est que notre cerveau se met au diapason des mots qu’il entend. Les mots que nous utilisons engendre nos émotions et de fait nos comportements. Prendre conscience de ceci est primordial, si nous désirons un état d’esprit positif et nous offrir bienêtre et santé. Très souvent, nous utilisons un mot inapproprié pour nous exprimer et ceci créé un réel effet sur notre cerveau qui va percevoir nos paroles comme réelles. Car il est important de savoir que le cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est vrai ou faux. Ainsi, si vous utilisez un mot à connotation négative, votre cerveau va l’interpréter comme tel.
Par exemple, il arrive souvent que j’entende des personnes employées le mot « problème » pour évoquer une situation « le problème, c’est que c’est impossible de me rendre disponible aujourd’hui ».

Si je remplace le mot problème par le mot « fait » par exemple, cela donnera « en fait, c’est impossible de me rendre disponible aujourd’hui ». Ceci change tout. Nous transmettons une information, qui ensuite sera analysée pour que notre cerveau envisage sa classification comme information positive ou négative. 
Nous allons voir comment il est possible de modifier progressivement nos mots pour qu’ils deviennent nos alliés.

1. Soyons attentifs à la justesse de nos mots, c’est-à-dire écoutons-nous parler. Plus facile à dire qu’à faire, mais possible. S’écouter parler, c’est être attentif à notre dialogue intérieur. Sans jugement, commencez d’abord par écouter les mots que vous utilisez et qui sont reliés aux émotions négatives (tristesse, peur, colère, dégoût…). Par exemple, lorsque vous dites « je suis en colère », posez-vous la question intérieurement « est-ce que c’est vraiment de la colère que je ressens ? ».
Prenez le temps quelques instants pour évaluer réellement cette émotion. Ceci vous permettra très souvent de vous rendre compte que vous utilisez un mot par habitude, sans pour autant que celui-ci soit en adéquation avec votre ressenti. Il est possible que dans ce cas, que vous soyez partiellement en colère et donc « simplement » agacé, irrité, embêté ou encore dans l’incompréhension. Sauf qu’en utilisant un mot qui vient apporter une émotion plus forte que la réalité, vous allez générer le comportement en adéquation. Résultat, un « simple » mot peut transformer votre comportement et transformer une discussion de façon négative au point de perdre le contrôle de ce qui se passe.
D’ailleurs, vous est-il déjà arrivé de vous dire « je ne comprends pas comment on a pu en arriver là », ou encore « je suis désolé, je ne pensais pas ce que j’ai dit » ?

2. Repérons les mots récurrents dans notre discours. Bien souvent les mots viennent par automatisme et par habitude langagière. En vous écoutant, rapidement, vous allez vous rendre compte que vous utilisez systématiquement certains mots, et le même vocabulaire. Quand vous identifiez ces mots, questionnez-vous sur les conséquences qu’ils peuvent avoir sur vous, votre entourage et bien évidemment votre rapport aux autres.
Par exemple, si vous dites sans cesse, « c’est difficile », ou encore « c’est compliqué », forcément, vous allez vous mettre dans des situations qui génèrent de la difficulté ou des complications. De même, si vous utilisez des expressions telles que « la vie, c’est un combat » ou « la vie est dure », vous risquez de vous retrouver dans des situations de conflits ou de contrainte que vous aurez du mal à surmonter. Rappez-vous, il n’appartient qu’à nous de décider de nous exprimer différemment pour nous offrir une vie plus positive. 

Bannissons autant que possible tous mots négatifs de notre vocabulaire.
Il est largement prouvé aujourd’hui au travers de nombreuses démonstrations notamment avec celle du Professeur japonais Masaru Emoto sur les cristaux d'eau que nos paroles sont porteuses d’une vibration qui retentit tant sur soi, sur les autres que sur notre environnement.
Ainsi, le constat est que nos mots, lorsqu’ils sont à connotation négative, amènent une vibration qui fait réagir nos cellules, puisque pour rappel notre corps est constitué de plus de 60% d’eau.
Ceci démontre à quel point, nous avons intérêt à véhiculer des mots qui ont une vibration positive. Ceci d’autant plus que nous savons désormais d’un point de vue neuroscientifique que l’utilisation de mots positifs à des effets sur le cerveau tels que : l’activation des gènes réducteurs de stress, l’accroissement de la motivation et la facilité à mettre le focus sur les actions à poser.
Ainsi, en troquant nos mots dits « négatifs » pour des mots positifs, nous entrons dans un cercle vertueux, car nous produisons pour nous-même du bien-être et nous améliorons nos relations. En résumé, vous l’aurez compris, nos mots génèrent nos émotions, qui elles même génèrent nos comportements qui a leur tour génèrent le niveau de qualité de nos relations.
La suite de nos mots donne nos paroles qui reflètent également nos pensées et notre état d’esprit vis-àvis de soi, des autres et de notre environnement. Être conscient de ceci est un premier pas pour commencer à changer, si vous le souhaitez. C’est aussi la possibilité d’offrir plus de bienveillance à soi et aux autres que ce soit vos proches, vos collègues ou vos collaborateurs.
Nos paroles sont porteuses de pouvoir et nos mots sont puissants. Il nous appartient de décider de les orienter de manière positive pour voir des changements s’opérer dans notre quotidien. 
2017 01 05 Aude Milesi JPEG HD 19 e1490050310195
Aude Milesi,

 
upload 09102020 161634
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires